Alex Courtois

28 novembre 2017

Un bel exemple pour commencer

Je pensais ouvrir ce blog avec une news un peu sérieuse, sur le rapport de l'Oxfam en matière de paradis fiscaux par exemple, mais je ne peux résister à l'envie de relater cette info pour le moins étonnante : un candidat de La France a un incroyable talent (vous savez, cette émission qui a déjà eu du mal à être lancée en raison des indélicatesses multiples d'un de ses jurés, Gilbert Rozon) a rendu un vibrant hommage à une victime du Bataclan... qui n'existe pas !

Vous avez peut-être vu passer la nouvelle et n'y avez pas prêté attention. J'avoue que j'ai un peu cliqué par hasard dessus, et c'est bien pire que ce qu'on pourrait croire. Le jeune homme en question a utilisé les victimes du Bataclan comme un simple outil pour attendrir le public et remporter plus de votes. "J'ai écrit cette chanson pour rendre hommage à un ami décédé il y a deux ans au Bataclan." "Pour moi, t'étais plus qu'un pote, t'étais comme un frère". "On nous surnommait la dream team". Dans sa chanson, il s'excusait même de ne pas être allé à l'enterrement, parce que plein de "tristesse" et de "haine". Evidemment, sa prestation a été longuement applaudie, et certaines personnes du public étaient en larmes.

Sauf que la personne à qui il a rendu hommage n'existe tout simplement pas. Il n'y a eu aucun Alexandre parmi les victimes, ni même de mineur de 15 ans (la seule mineure avait 17 ans). Le jeune homme s'est d'abord défendu en disant qu'il avait changé le nom de son ami, avant de finalement devoir dire la vérité : il a écrit ce rap comme une métaphore, et n'a pas vraiment perdu d'amis au Bataclan. Il a donc utilisé sciemment ce drame comme du storytelling pour sa petite personne. Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que ça en dit long sur notre société où chacun cherche son moment de gloire...

Posté par alexcourtois à 15:51 - Permalien [#]